Le réseau 4G est en passe d’atteindre ses limites à Bruxelles. D’ici deux ans, le réseau sera presque entièrement saturé compte tenu de l’augmentation des flux de data.

L’ordonnance (modifiée) du 1er mars 2007 relative à la protection de l’environnement contre les éventuels effets nocifs et nuisances provoqués par les radiations non ionisantes fixe le niveau d’exposition maximum aux rayonnements à 6 volts par mètre, pour une fréquence de référence de 900 MHz, et ce dans toutes les zones accessibles au public. Cette norme bruxelloise, la plus stricte au monde, est aujourd’hui 2 fois plus basse qu’en Wallonie, 4 fois plus qu’en Flandre, et 50 fois plus que les recommandations de l’OMS.

Face au risque de saturation totale, la question de la sévérité de la norme d’émissions bruxelloise se pose à nouveau.

Le développement des nouvelles technologies étant nécessaire en ce qu’il contribue incontestablement à notre développement économique et social, le MR souhaite qu’une solution puisse être trouvée au développement de la 5G, tout en restant strict d’un point de vue sanitaire.

En effet, bien que les effets pathogènes éventuels sur le long terme n’aient pu être démontrés jusqu’ici, ceux-ci ne seront connus que dans dix ou quinze ans. Il convient donc de maintenir le principe de précaution en ce qui touche à l’impact potentiel sur la santé et l’environnement.

Le MR propose également la conclusion d’une convention sur la contribution financière entre la Région et les opérateurs, afin d’harmoniser le régime des taxes sur les pylônes instaurées par les communes et d’offrir un cadre stable aux opérateurs qui en contestent systématiquement la validité juridique.

Les moyens de cette contribution financière serait utilisée pour créer un Fonds de prévention des risques sanitaires liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques et renforcer l’information aux citoyens qui servirait à financer la surveillance et le contrôle du respect des normes, financer la prise de mesures des ondes électromagnétiques demandées par les bruxellois et renforcer l’information au public.