Le MR propose de réinstaurer la collecte nocturne et de décaler le début de la tournée à 20 heures dans certaines zones pour éviter de générer des embouteillages. Une concertation préalable avec les syndicats s’impose.

En effet, de manière générale, il faut arrêter de modifier le régime de collecte au gré des différents gouvernements qui se succédent: en 2010, pour atteindre les objectifs en matière de recyclage, il leur était imposé de trier les déchets de papiers/cartons et PMC. Ce régime de collecte sélective à peine rodé, le Gouvernement annonçait fin 2012, la mise en œuvre d’une collecte alternée des sacs bleus et jaunes. En octobre 2014, la nouvelle secrétaire d’Etat en charge de la propreté marquait le coup de son entrée en fonction en annonçant vouloir à nouveau modifier le régime des collectes : la collecte des sacs-poubelle (blanc-bleu-jaune) serait regroupée sur un seul jour de la semaine. Finalement, après plusieurs volte-face, les deux collectes par semaine des sacs blancs ont été maintenues.

Ces « « réformes » » successives sont insatisfaisantes.  Il s’agit de développer une politique de gestion des déchets ambitieuse fondée sur une vision globale de long terme.

Des solutions innovantes (conteneurs intelligents) existent pour la collecte des différentes factions (organiques, verre, plastique, etc.). 

Le MR propose donc de mettre en œuvre une véritable réforme du système de collecte des déchets innovante, en organisant celui-ci suivant le principe d’une collecte intelligente et différenciée en fonction des caractéristiques urbanistiques, fonctionnelles et de densité de population des quartiers et intégrant les nouvelles technologies permettant d’optimiser la collecte (voir : proposition d’ordonnance visant une planification urbanistique intégrant un système de collecte des déchets intelligent et différencié, (document parlementaire A-562 – 2016/2017 ; et  Proposition de résolution relative à l’instauration d’un système de collecte des déchets intelligent et différencié, document parlementaire A-561 – 2016/2017).

Mise en place d’une collecte des déchets organiques

Le tri des déchets organiques sera obligatoire, en vertu d’une directive européenne, d’ici 2023. Dans ce contexte, la Région doit dès à présent mettre en place des solutions de collecte sélective et de traitement de ce type de déchets.

La Région a tergiversé et pris beaucoup de retard dans ce dossier. Le centre de biométhanisation régional prévu depuis déjà 12 ans, n’a toujours pas été mis en place et ne sera jamais opérationnel d’ici là.

Pour le MR, la solution passe par la décentralisation à l’échelle d’un quartier de la collecte et du traitement (par valorisation) des déchets organiques. C’est un enjeu régional auquel le niveau local doit contribuer par l’installation de points de collecte de déchets organiques sur son territoire et d’unités de valorisation de ces déchets (par exemple, la valorisation par compostage, vermicompostage et la micro-méthanisation de gisements produits).

 Pour le MR, il faut installer et expérimenter au niveau local les techniques de valorisation décentralisée des déchets organiques les plus efficientes. À ce titre, l’installation de compost de quartier, de composts communaux, d’unité de micro-biométhanisation doit être encouragée à l’échelle des quartiers.

En somme, il s’agit de développer une économie circulaire en collectant et traitant la ressource-déchet au plus près de son lieu de production avant de la réinjecter dans un circuit court et local (utilisation du digestat de qualité par les agriculteurs, aux horticulteurs et aux jardiniers de proximité).