Aujourd’hui 70% des émissions de CO2 à Bruxelles proviennent du chauffage des bâtiments. En plus du défi climatique, Bruxelles fait face à une pénurie de logements de qualité.

Pour relever ces deux défis, le MR propose d’investir massivement dans la rénovation du bâti bruxellois vieillissant en constituant d’une part, un véritable Fonds unique pour le Climat et d’autre part, en créant une Banque régionale pour le Climat.

Le Fonds régional Climat servirait à financer une partie des investissements nécessaires pour les travaux de rénovation visant à améliorer la performance énergétique des bâtiments, en partenariat avec les fournisseurs d’énergie.

À court terme, l’investissement serait de 50 millions d’euros par an et serait porté à moyen terme à 160 millions d’euros par an.

Les recettes actuelles dont dispose la Région devraient assurer la disponibilité de moyens suffisants pour le démarrage de projets prioritaires et alimenter le fonds (réorientation des primes à l’énergie, primes à la rénovation et recettes issues de la mise aux enchères des quotas d’émission de CO2).

Il s’agit donc de rationaliser les sources de financement de la politique de l’énergie. Actuellement les sources de financement des politiques « énergie » sont illisibles, difficilement identifiables et se superposent.

La Région dispose de moyens mais ils financent des politiques de manière clairsemées et trouvent leurs sources dans diverses contributions dispersées qu’il convient de rationaliser au sein d’un unique Budget Energie qui financera les politiques prioritaires à mener, c’est-à-dire concentrer les moyens sur l’Isolation.

En complément, la Banque régionale du Climat permettrait de généraliser le prêt à taux zéro pour la rénovation énergétique des logements, sur le modèle du prêt vert bruxellois existant.

Concrètement, ceux deux outils s’articuleraient pour financer le programme d’isolation. L’isolation d’un petit immeuble coûte en moyenne 25.000 euros. Le ménage bruxellois demandeur reçoit une prime de 12.500 euros pour payer les travaux d’isolation. Cette somme est financée par le fonds budgétaire climat. Le reste est à charge du propriétaire qui pourra bénéficier d’un prêt à taux zéro de la Banque régionale pour le Climat et utiliser les économies de charges économisées grâce aux travaux pour rembourser le prêt sans intérêts.