Le MR lance une stratégie de relance « Rise Up Brussels » pour la Région de Bruxelles-capitale.

Le MR, premier parti d’opposition à Bruxelles, lance ce jeudi 30 avril 2020 une stratégie de relance pour la Région de Bruxelles-Capitale. Découvrez-le ICI.

 

Cette stratégie de relance d’une vingtaine de pages baptisée « Rise up Brussels » contient plus d’une dizaine de propositions concrètes pour soutenir la trésorerie des entreprises et préserver l’emploi parmi celles-ci :
– l’élaboration d’un Fonds Corona pour octroyer des prêts subordonnés aux PME ;

– la recapitalisation de Finance.brussels pour soutenir les entreprises et permettre l’émergence de nouvelles activités, à l’image de l’augmentation de capital de 250 millions d’euros qui a eu lieu chez PMV en Flandre ;
– la mise en place d’un mécanisme de prêts « coup de pouce » pour mobiliser l’épargne privée (cet outil existe dans les deux Régions et permet aux particuliers de prêter des liquidités aux entre- prises et aux indépendants tout en bénéficiant d’un avantage fiscal) ;

– adapter rapidement la formation professionnelle aux nouveaux besoins ;
– la relance des grands chantiers d’investissements publics, notamment le maintien des chan- tiers prioritaires comme le métro et la mise en place d’un plan d’isolation du bâti à moyen terme ;
– ou encore l’introduction d’une « clause Corona » dans les baux commerciaux qui autorise un accord entre le bailleur et le locataire visant à réduire le montant du loyer de 50 à 100% pendant quelques mois tout en prorogeant le bail du nombre de mois concernés par la réduction de loyer. Un tel accord pourrait aujourd’hui être remis en cause par le juge de paix.

Cette stratégie qui contient des mesures à court, moyen et long terme, est le fruit d’une longue concertation avec des experts du monde économique et des représentants des secteurs. Les défis à Bruxelles avant la crise du Covid-19 étaient déjà nombreux en matière d’emploi, d’attractivité ou de mobilité (congestion, taux de chômage plus élevé, etc.).

Pour rappel, les prévisions économiques antérieures à la crise du Covid-19 annonçaient déjà une stagnation de la croissance à Bruxelles jusqu’en 2024. Les autorités bruxelloises devront donc redoubler d’efforts pour s’attaquer aux défis passés et présents.

Alexia Bertrand, Cheffe du Groupe MR au Parlement bruxellois : « La relance économique est avant toute autre chose, un enjeu social. Nous devons aussi nous porter au chevet de notre éco- nomie si nous voulons préserver notre cadre de vie. Ceux qui opposent économie et santé se trompent. Ce sont deux faces d’une même pièce. On a vu beaucoup d’élans de solidarité humaine mais aussi économique depuis le début de l’épidémie, comme l’initiative « Horeca Come Back ». Les autorités bruxelloises ne peuvent pas rester au balcon mais doivent rapidement apporter leur soutien pour transformer ces initiatives individuelles en réussite collective. »

Les Libéraux bruxellois rappellent que le Gouvernement wallon a déjà lancé, le 22 avril dernier, sa stratégie « Get up Wallonia » pour la Région wallonne.

Le Groupe MR appelle donc le Gouvernement bruxellois à se mettre autour de la table rapide- ment pour préparer le déconfinement.

En plus des mesures de soutien globales exposées ci-dessus, la stratégie contient également des mesures sectorielles pour les secteurs les plus touchés par la crise : l’Horeca et le commerce, l’évé- nementiel, la culture et le tourisme. Ces secteurs sont au cœur de milliers d’emplois directs ou indirects. Ils sont également intensément connectés au reste de l’activité économique locale, ce qui amplifie l’impact de leur santé économique. Le secteur de la construction est lui aussi grand pourvoyeur d’emplois et relié à des activités de production à Bruxelles.

Clémentine Barzin, Députée libérale, membre de la Commission de l’Economie et de l’Emploi, qui a également participé à l’élaboration de la stratégie présentée par les Libéraux bruxellois : « Si la Région bruxelloise rate le train de la relance, cela aura de graves répercussions sur le plan social et économique. Le risque d’avoir des secteurs entiers qui s’effondrent comme des châteaux de cartes est bien réel. Je pense notamment au secteur de l’Horeca où l’on voit par exemple la forte interdé- pendance entre les établissements et les fournisseurs. Les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la culture et de l’évènementiel ne connaitront probablement pas de retour à la normale avant des mois, et sont non seulement très interdépendants mais dépendent aussi de clients interna- tionaux. Ce sont des milliers d’emplois qui sont en jeu. C’est pourquoi, nous proposons des mesures très concrètes pour permettre une reprise de l’activité tout en respectant les mesures de distanciation sociale. Ainsi, nous plaidons pour un usage maximal des espaces extérieurs avec un assouplissement des règles pour les terrasses et pour encourager le double service dans les restaurants afin de leur permettre de faire un service plein dans le respect règles de distanciation sociale. Pour permettre le report d’un maximum d’évènements culturels, nous proposons de réa- liser un cadastre des salles disponibles sur le territoire régional, toutes capacités confondues et d’en faciliter l’accès. Nous demandons également que la Région élabore avec Visit.brussels des offres d’activités et de loisirs pour inciter les Bruxellois à passer leurs vacances à Bruxelles cet été. Ces sont des mesures concrètes qui peuvent être mises en place rapidement. »

Pour les Libéraux bruxellois, le secteur de la construction doit aussi être soutenu. Il faut accélérer la délivrance d’autorisations post-crise pour activer la reprise. « Où en sont les ‘fast lanes’ annon- cées par le gouvernement bruxellois en février ? », demande Clémentine Barzin.

L’isolation des bâtiments doit rester une priorité absolue. La Région doit y consacrer les moyens nécessaires. Seule l’isolation du bâti vieillissant responsable de 70% des émissions de CO2 à Bruxelles permettra d’atteindre les objectifs zéro carbone. Pour y arriver, le gouvernement bruxel- lois doit élargir la capacité de formation en éco-construction insuffisante aujourd’hui.

Alexia Bertrand : « La Région bruxelloise aura besoin de moyens, de pragmatisme et de créativité pour sortir de cette crise. Nous espérons que la majorité bruxelloise (PS, Ecolo, Défi, Groen, Open Vld, Sp.a) accueillera positivement nos propositions. Nous déposerons notre stratégie « Rise Up Brussels » au Parlement bruxellois pour qu’elle y soit débattue. Nous espérons que la majorité fera preuve d’ouverture sur un sujet aussi crucial. La Région aura besoin de toutes ses forces vives pour surmonter cette crise. »